top of page

Une initiative pour offrir la première heure de parking en ville de Fribourg

Le Parti des Artistes a tenu son assemblée générale mercredi soir au Café de l’Ours, en Basse-Ville, dans l’intimité: cinq membres, un participant venu par curiosité et deux excusés. L’occasion pour son président d’annoncer le lancement ces prochains jours d’une nouvelle initiative populaire en lien avec le stationnement, qui vise à améliorer l’attractivité de la Ville de Fribourg et qui bénéficie d’un large soutien. Claudio Rugo défendra par ailleurs les couleurs de son parti lors des élections fédérales de cet automne où il se présente à la fois au Conseil des Etats et au Conseil national.


«C’est du lourd!» Secrétaire du Parti des Artistes, Jean-Daniel Thomas a accueilli avec enthousiasme la nouvelle annoncée par son président en début de séance, mercredi soir, au Café de l'Ours. Le mouvement «artistico-citoyen» revient en effet à la charge, deux ans après un premier échec, avec une initiative populaire ayant trait au stationnement. Feuille en main, le musicien et professeur de guitare Claudio Rugo l’a annoncé: «Notre texte qui réclame la première heure de parking gratuite en ville à Fribourg comme à Estavayer, Guin ou Payerne et vise à améliorer l’attractivité de la ville sera déposé ces prochains jours.» La démarche a évidemment été approuvée à l’unanimité lors de l'assemblée générale du Parti des Artistes.

Fondé dans la foulée de l’élection de Claudio Rugo au Conseil général de Fribourg, en 2016, le Parti des Artistes avait déjà déposé une initiative populaire sur cette même thématique très sensible en ville. Intitulée «L’automobiliste n’est pas un pigeon, c’est un voyageur!», elle demandait de taxer au maximum un franc de l’heure les places de parc. Elle avait été refusée en votation populaire le 13 juin 2021. «Mais elle avait tout de même été acceptée par 46% des votants, ce qui est assez remarquable pour un parti qui ne représente que 2% environ des suffrages au niveau communal», rappelle celui qui se définitif lui-même comme le trublion du parlement de la Ville. L’homme à l’éternel chapeau rond aurait presque pu en attraper le melon.


Avec le soutien de toute la droite, de l’AFCAS et de GastroFribourg section Ville

Aujourd’hui, Claudio Rugo veut surtout battre le fer tant qu’il est encore un peu chaud et il ne part plus seul au combat. Toute la droite est ainsi représentée au sein de son comité d’initiative. On y trouve en effet Simon Murith (Le Centre), Adrienne Salina (PLR) et Pascal Wicht (UDC), qui sont président.e de leur section ou chef de leur groupe au Conseil général de Fribourg. David Krienbühl et Philippe Roschy font également partie de ce comité en tant que représentants respectivement de l’Association fribourgeoise du commerce, de l’artisanat et des services (AFCAS) et de GastroFribourg section ville de Fribourg. Les initiateurs bénéficient en outre du soutien de l’Association des intérêts des commerçants des artisans de la Basse-Ville (AICAB) et du TCS Fribourg.

C'est levant leur verre que les membres du Parti des Artistes ont procédé au vote mercredi soir lors de leur assemblée.

«Avec un tel appui, nous ne devrions pas avoir trop de difficultés à récolter les 3000 signatures nécessaires pour faire valider cette initiative populaire, estime Claudio Rugo. «Une fois que le texte sera déposé auprès de la Commune de Fribourg et publié dans la «Feuille officielle», probablement la semaine prochaine, nous aurons 90 jours pour les récolter», précise-t-il. A l’instar des communes d’Estavayer, de Guin ou de Payerne, tout comme le pratiquent certains grands magasins périphériques, l’initiative demande d’offrir la première heure de stationnement sur le domaine public de la ville de Fribourg. «Exception faite aux abords de la gare, max. 50 m», précise le texte.


Après les pigeons, le Parti des Artistes veut sauver les batraciens


Hier soir, le Parti des Artistes a encore approuvé la candidature de son président Claudio Rugo aux élections fédérales de cet automne et il s’est prononcé sur le visuel de la campagne qui aura pour fil rouge les amphibiens. «Sauvons les batraciens» en est ainsi le slogan, qui laisse encore planer le mystère. «Si nous sommes capables de sauver des grenouilles, des crapauds et des amphibiens, nous devrions pouvoir ensuite nous occuper des humains?», se contente de lancer Claudio Rugo qui, en végétarien convaincu, n’est pas prêt de défendre la consommation des cuisses de grenouilles. L’élu communal s’apprête par ailleurs à déposer un postulat au Conseil général pour demander une journée hebdomadaire sans viande dans les écoles, a-t-il annoncé au passage. «Très sérieusement, le débat va bien au-delà de cette affiche énigmatique, promet Jean-Daniel Thomas. Vous verrez, cette campagne sera hallucinante!»



Posts récents

Voir tout

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page