top of page

Le pont de Pérolles est aussi un site d’escalade très prisé

Dernière mise à jour : 21 nov. 2022

A l’instigation de la section Moléson du Club alpin Suisse (CAS), trois premières voies de grimpe ont été inaugurées en 2002, avant d'être suivies par d'autres entre 2002 et 2009. A l’occasion de son vingtième anniversaire, le site d’escalade a encore été étoffé ce printemps.


Outre la visite commentée de l’intérieur du pont de Pérolles, le programme du centenaire de l’ouvrage, organisé samedi à Marly, comprenait également une démonstration d’escalade présentée par le Club alpin suisse. Déjà à l’origine du mur de grimpe de la porte de Morat en 1988, qui était «le deuxième du genre en Suisse» et qui avait bénéficié à l'époque du soutien du conseiller d'Etat Félicien Morel, le CAS Moléson célèbre en effet les 20 ans du site d’escalade du pont de Pérolles.

Pour l’occasion, la section a décidé d’aménager un nouveau pilier avec treize voies d’escalade. «Sous la responsabilité de l’entreprise Plastic Fantastic à Bulle, que nous avons mandatée, des ouvreurs et ouvreuses – Yves Philiponna, Martin et Daniel Rebetez et Sabine Kamenz – se sont relayés durant les deux premières semaines de mai pour ponctuer le béton de prises de toutes formes et de toutes tailles, peut-on lire sur le site internet du CAS Moléson. Grâce à un large éventail de difficultés (du 4a au 7b+), les grimpeurs débutants comme les plus aguerris y trouveront leur bonheur.»

L’intérêt pour la grimpe va croissant

Officiellement inauguré le 10 juin, ce projet marque la fin des activités liées au 150e anniversaire de la section. «Evalué à 60’000 francs, il a été rendu possible grâce notamment au soutien de de la Loterie Romande et de la BCF», précise Christophe Zahno, président de la commission des murs d’escalade du CAS Moléson. Cette extension répond à un intérêt croissant pour ce sport en pleine mutation qui est désormais reconnu comme discipline olympique: «Certains soirs, à la belle saison, près de 200 personnes font la queue devant les piliers du pont de Pérolles pour pouvoir grimper», poursuit Christophe Zahno.

Tout a commencé le 21 septembre 2002 lorsque la section Moléson du Club alpin suisse a baptisé le site d'escalade sur l’un des piliers de l’ouvrage d’art, sur la rive de la Sarine, côté Fribourg. Il s’agissait alors d’un nouveau genre de grimpe à l'extérieur sur des prises traditionnelles d’escalade indoor. «La réalisation de ce projet est due à Bernard Pochon et Dominique Seydoux, dit «Boulette», qui sont à l’origine des démarches», rappelle le CAS Moléson sur son site web. Trois premières voies, de longueurs différentes, ont été aménagées dans un premier temps.

Développement du site par étapes Le site s’est ensuite développé par étapes. Entre 2003 et 2007, quinze nouvelles voies ont été ouvertes du côté Marly (avec des cotations allant du 5a au 8b). Puis, en automne 2009, sept autres voies étaient inaugurées. «Au final, 100 000 francs auront été investis en sept ans au pont de Pérolles», précisait à l’époque le quotidien «La Liberté».



73 vues0 commentaire
bottom of page