top of page

Le Centre culturel des alévis de Fribourg fête ses 30 ans

Dernière mise à jour : 23 mars

L’association fribourgeoise de cette branche libérale de l'islam a soufflé trente bougies, en musique et en discours, à la salle communale de Saint-Léonard. En partageant sa cuisine, ses rituels et son amitié avec quelques invités politiques du Grand Fribourg.


Güven Tor, membre du comité du Centre culturel des alévis de Fribourg, à la rue de la Carrière 3 à Beauregard.

Caché dans une rue adjacente à l’avenue de Beauregard, le Centre culturel des alévis de Fribourg cultive la discrétion et la bienveillance depuis trois décennies. Et il n’a pas dérogé à sa tradition lorsqu’il s’est agi de marquer ses 30 ans d’activité, le samedi 2 mars, à la salle des fêtes de la commune de Fribourg, à Saint-Léonard.


Fondé à la route des Arsenaux il y a trois décennies, ce centre a déménagé dans ses locaux actuels, à la rue de la Carrière 3, il y a une vingtaine d’années. Dans la capitale cantonale et ses alentours, ces «musulmans sans ramadan» sont pour la plupart originaires d’Anatolie orientale.



Leur religion, rattachée à l’islam, s’écarte toutefois de sa pratique. Et les alévis fribourgeois s’efforcent de mieux la faire connaître dans leur région d’accueil. «Nous nous battons afin d’être reconnus dans le canton et que notre religion puisse y être représentée», expliquait ainsi dans «La Liberté» du 16 février Ali Riza Ulucinar, l’un des membres du comité du centre culturel qui propose notamment des cours de langue et des aides administratives.


 

Lire aussi:

 

Répertoriée sur le site internet de l’Etat de Fribourg, l’association poursuit en effet des buts d’intégration et de prévention du racisme. Comme elle l’a démontré lors de son anniversaire, la communauté entretient aussi les rituels alévis, dont le Semah (ensemble de mouvements corporels mystiques et esthétiques exécutés en harmonie rythmique), et propose des cours de saz (un instrument traditionnel) et de danse.


Le Centre culturel des alévis de Fribourg s’efforce également de nouer des liens avec les élus du canton qu’elle invite régulièrement dans ses locaux. A Saint-Léonard, en ce samedi soir de début mars, on a ainsi pu en apercevoir plusieurs d’entre eux, qu'ils soient conseillers communaux ou députés. Dans le cadre de la révision en cours de la Loi concernant les rapports entre les Eglises et l'Etat, la reconnaissance de la communauté alévie fribourgeoise est en effet prévue à l'instar de celle d'autres minorités religieuses, comme l'a précisé la RTS dans le 19:30 du 22 mars 2024.


Cliquez sur une image pour l'agrandir



60 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page